Show simple item record

dc.contributor.authorTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
dc.date.accessioned2015-03-31T07:22:14Z
dc.date.available2015-03-31T07:22:14Z
dc.date.issued2004
dc.identifier.citationCTA. 2004. CARPE : Inventorier les ressources forestières d’Afrique centrale. ICT Update, Numéro 19. CTA, Wageningen, The Netherlands
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10568/64696
dc.descriptionLa technologie satellite et ses étonnantes innovations ont permis de dresser la carte des zones les plus impénétrables du monde. En République démocratique du Congo par exemple, le cartographe Jean-Robert Bwangoy-Bankanza prépare une nouvelle carte des différentes zones de la forêt tropicale de la région du Mai-Ndombe. Cette carte est le résultat du croisement d’images satellite haute résolution avec des données issues de système d’information géographique (SIG) sur la végétation et des données socio-économiques. Dans sa version finale, cette carte aidera les responsables politiques locaux à identifier les zones forestières, les plantes et les animaux menacés par l’exploitation forestière, l’agriculture et autres activités humaines. Elle peut donc se révéler particulièrement utile dans l’élaboration de plans de gestion durable des ressources forestières. Le projet de Bwangoy-Bankanza fait partie du Central African Regional Program for the Environment (CARPE), un projet de longue haleine d’USAID et du partenariat international Congo Basin Forest Partnership (CBFP), dont l’objectif est de lutter contre la déforestation et la réduction de la biodiversité dans le bassin du Congo, une zone de forêt tropicale qui par sa taille est la deuxième au monde après la forêt amazonienne. Consortium formé de partenaires gouvernementaux et de diverses ONG, CARPE souhaite faire en sorte que les décideurs africains disposent des informations essentielles en matière de gestion des ressources naturelles, et des capacités pour les analyser. Les informations de CARPE prennent surtout la forme de cartes dérivées d’images satellite Landsat, qui peuvent être constamment mises à jour à l’aide de bases de données géoréférencées. Quel est l’intérêt de ces cartes ? Les cartes de CARPE montrent clairement les étroites relations entre les ressources forestières du bassin du Congo et les communautés locales qui dépendent de ces ressources. Représentations visuelles des menaces environnementales et économiques, ces cartes sont un outil précieux pour inciter les ONG, les populations et les agences gouvernemen-tales à s’intéresser de plus près à la gestion des ressources naturelles. Elles jouent également un rôle fondamental dans les activités de CARPE, car de nos jours encore, le bassin du Congo reste en grande partie une terra incognita. Cette région abrite l’un des plus riches écosystèmes d’Afrique tropicale. A ce jour, plus de 11 000 espèces de plantes supérieures ont été recensées, ainsi que plus de 450 espèces de mammifères et près de 1 000 espèces d’oiseaux. On ne sait cependant que très peu de choses sur la répartition de ces plantes et de ces espèces animales, ou sur les effets sur cette faune et cette flore des activités des 20 millions d’habitants de cette région qui dépendent directement des ressources naturelles pour leur survie. Les pratiques non durables d’exploitation forestière ou minière, l’agriculture itinérante et autres problèmes liés à la pauvreté et à l’instabilité politique font peser des menaces de plus en plus lourdes sur cette forêt tropicale qui est aussi d’une importance non négligeable pour l’équilibre planétaire. En utilisant des images satellite combinées à des données relevées sur le terrain, les collaborateurs de CARPE comblent peu à peu les lacunes et élaborent ainsi, avec l’aide des communautés locales, une description exhaustive du bassin du Congo. CARPE a commencé à former les parties prenantes, et notamment les membres des communautés de pêcheurs et des associations d’agriculteurs ainsi que les professionnels de la gestion des ressources naturelles, à des techniques telles que la création et l’utilisation de données géoréférencées. A terme, les cartes de CARPE fourniront des informations aidant les responsables politiques à créer un réseau de parcs nationaux et de zones protégées. Prises dans leur ensemble, ces cartes peuvent de plus servir de base à la création d’un cadre juridique régional pour une gestion rationnelle des ressources naturelles et l’adoption de lois contre le braconnage. A l’avenir, elle pourront aussi être utilisées pour promouvoir l’agriculture durable et l’écotourisme. Parmi les réalisations récentes, on note un projet de télémétrie des éléphants, qui enregistre par satellite les déplacements d’éléphants dotés d’un collier équipé d’un GPS. Ce projet croise les informations géoréférencées obtenues par télédétection, avec des statistiques du nombre d’éléphants et de leur répartition, ainsi qu'avec des données démographi-ques. Les chercheurs peuvent ainsi générer des cartes indiquant le nombre et la taille des troupeaux d’éléphants et leur éloignement des routes et des villages par exemple. Les éléphants étant d’excellents indicateurs de la santé de tout l’écosystème forestier, ces informations sont d’une grande utilité. Dans l’intervalle, Mano Ntayingi-Mwamur s’intéresse aux questions de santé en collaboration avec CARPE et Santé Rurale (SANRU), un projet sanitaire financé par USAID. De nombreuses communautés forestières sont directement exposées à de graves maladies, telles que le paludisme et le choléra, qui sont directement liées à des facteurs environnementaux. Ntayingi-Mwamur a récemment mis en carte les limites administratives des services sanitaires de la République démocratique du Congo. Il a complété sa carte par des données épidémiologiques et les a entrées dans une base de données géoréférencées, en y ajoutant des données satellite sur la couverture forestière régionale et les rivières. Ceci lui a permis de générer des cartes mettant en évidence les zones dans lesquelles les facteurs environnementaux ont les répercussions les plus graves sur la santé publique. Ses constatations permettront aux responsables des politiques sanitaires de développer des politiques et des programmes concentrant les ressources limitées dont ils disposent sur les zones où les menaces sur la santé sont les plus graves. La gestion durable des ressources forestières du bassin du Congo bénéficiera non seulement aux populations et aux pays de la région, mais aussi à la communauté mondiale dans son ensemble. Avec ses activités de mise en carte, CARPE espère que ses efforts pour préserver les forêts contribueront à ralentir les changements climatiques globaux et la disparition d’espèces et de ressources d’une valeur universelle. <mailto:dsmith@hermes.geog.umd.edu> Deirdre Smith est responsable multimédia à CARPE. Pour de plus amples informations, consultez : <http://carpe.umd.edu> http://carpe.umd.edu> et <http://www.cbfp.org> www.cbfp.org> .
dc.description.abstractDeirdre Smith relate comment le projet CARPE utilise des cartes dérivées d’images satellite pour identifier les zones où la forêt est menacée.
dc.language.isofr
dc.publisherCTA
dc.relation.ispartofseriesICT Update;19
dc.sourceICT Update
dc.titleCARPE : Inventorier les ressources forestières d’Afrique centrale
dc.typeNews Item
cg.subject.ctaICT
cg.subject.ctaTIC
cg.identifier.statusUnrestricted Accessen_US
cg.contributor.affiliationTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
cg.targetaudienceDEVELOPMENT PRACTITIONERS
cg.fulltextstatusFormally Published
cg.identifier.urlhttp://hdl.handle.net/10568/91586
cg.placeWageningen, The Netherlands


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record